Deux façons de rester au top en s’inspirant de Madonna

Rédigé le 26 septembre 2017 par | Compétences, Entreprendre Imprimer

J’admire Madonna.

Vraiment.

Elle a presque 40 ans de carrière et elle est encore au sommet d’une industrie qui a plutôt l’habitude de pousser sur le devant de la scène des petites lolitas tout juste en âge de voter.

L’histoire de cette Madonna qui se réinvente sans cesse est bien connue. Mais sa toute dernière transformation en une sorte de mère popstar d’âge mûr est absolument incroyable.

Comment y est-elle arrivée ? Je ne connais pas toutes les recettes de sa longévité, mais deux d’entre elles sautent aux yeux :

1. Elle ne ménage pas sa peine

Madonna est connue pour exiger de ses chanteurs et danseurs la perfection et elle est tout aussi exigeante envers elle-même. Contrairement à certains de ses collègues, Madonna ne s’est jamais reposée sur ses lauriers ; elle a sans cesse redoublé d’efforts afin de s’améliorer et son physique témoigne de cette détermination.

Lorsqu’elle fut la « Material Girl », sa bonne condition physique était naturellement semblable à celle de la plupart des jeunes filles de son âge. Mais au cours des quinze dernières années, elle a à ce point sculpté son corps qu’elle pourrait aisément surpasser ses performances physiques de l’époque.

2. Elle étudie son marché

On ne peut pas se réincarner aussi souvent que Madonna, et continuer à avoir du succès (surtout si l’on tient compte de l’aspect éphémère de l’industrie du rock), si on ne sait pas ce que l’on fait.

Madonna a toujours mis un point d’honneur à comprendre précisément où menaient les tendances culturelles du moment.

Comment a-t-elle fait ? Voilà une question intéressante.

Elle a sûrement combiné les facteurs suivants :

Un bon exemple pour illustrer cet état de fait a récemment attiré mon attention.

Un court article paru dans le New York Times relate comment elle a travaillé sur la musique de son album Confessions on a Dance Floor.

En empruntant une technique utilisée par l’industrie cinématographique, Madonna a d’abord testé la musique en Europe. Les morceaux ont été joués dans des clubs à Liverpool, Ibiza et ailleurs, sans la voix de Madonna.

« Vous pouvez travailler sur un morceau pendant 12 heures, déclare un DJ qui collaborait sur l’album avec Madonna, mais je peux vous garantir que 10 secondes du morceau passées dans un club seront suffisantes pour savoir s’il fonctionne ou non. »

Comment cela peut-il s’appliquer à vous ?

Si vous souhaitez augmenter vos revenus (afin de pouvoir être plus rapidement indépendant financièrement), vous devez développer une compétence qui a financièrement de la valeur.

Les compétences qui ont financièrement de la valeur peuvent être la vente, la commercialisation, la création d’un produit attractif ou la gestion des bénéfices. Acquérir ce type de compétences vous fournira un bon revenu ; mais en devenir un expert vous garantira un revenu extraordinaire – à six chiffres à coup sûr.

Une fois que vous atteindrez ce barreau de l’échelle, vous ne voudrez plus redescendre – et aucun besoin de vous excuser car vous aurez passé plus de 1000 heures à travailler afin d’acquérir des compétences lucratives.

Mais si vous vous reposez sur vos lauriers, votre performance diminuera chaque année un peu plus. L’entropie vous affaiblira peu à peu ; en effet, la nature veut que si vous ne devenez pas plus puissant, vous vous affaiblissez.

Cependant, votre compétence s’amenuisera en grande partie de façon relative, c’est-à-dire que vous semblerez de moins en moins compétent par rapport aux personnes autour de vous.

Pourquoi ? La raison est simple : dans chaque domaine de compétition, qu’il s’agisse du monde du travail ou du sport, le temps file. Ce qui est considéré comme génial aujourd’hui sera juste bien demain, et ce qui est juste bien le lendemain n’est même plus satisfaisant par la suite.

En d’autres termes, vous n’avez pas le choix, vous devez maintenir vos compétences à jour. Soit vous les mettez en pratique, soit vous les perdez.

Inspirez-vous de la Reine de la pop

Si vous suivez l’exemple de Madonna, vous pouvez rester au sommet de votre art sans passer des heures et des heures à vous entraîner. Si vous êtes déjà bon dans votre domaine, c’est un avantage. Vous n’aurez besoin de consacrer que quelques minutes par jour à l’amélioration de votre art ainsi qu’à la quête de nouvelles idées, en observant la concurrence, pour rester au sommet ou même pour aller encore plus haut.

Si vos compétences en matière de vente vous permettent de gagner de l’argent, ne vous contentez pas des trois ou quatre stratégies de vente qui ont, jusqu’à présent, toujours fonctionné. Lisez des ouvrages et assistez à des séminaires afin de découvrir de nouvelles techniques de vente. Apprenez tout ce que vous pouvez sur la façon de les mettre en œuvre, puis trouvez un moyen d’intégrer de façon efficace ce nouveau savoir à vos présentations actuelles.

J’ai déjà mentionné le fait que certaines personnes réussissent en capitalisant sur l’utilisation d’une seule technique exceptionnelle. Ces personnes sont considérées comme n’ayant qu’une seule corde à leur arc. Avoir une technique solide et efficace et la perfectionner est toujours un bon moyen de vous distinguer des autres lorsque vous démarrez…

Mais une fois arrivé à un certain niveau, il vous faudra ajouter d’autres cordes à votre arc pour rester au sommet.

[Dans la série « Démarrez votre entreprise » du Club des Créateurs de Richesse, je vous guide pas à pas dans la création et le développement de votre business. Tous mes secrets y sont révélés. Pour en savoir plus, cliquez ici…]

Mark Ford

Partagez cet article

Mark Ford
Mark Ford
Rédacteur en chef du Club des Créateurs de Richesse

« Je m’appelle Mark Ford et suis un millionnaire autodidacte. Je suis né à Brooklyn, à New York, où je vivais dans un minuscule appartement avec mes parents et mes trois frères et sœurs. Mon père était professeur de lycée, il gagnait environ 10 000 dollars par an…

J’ai rejoint le bénévolat (Peace Corps) quand j’étais un jeune homme… j’ai dormi sur des sols boueux dans des huttes africaines… et lorsque mon premier enfant est né, je gagnais moins de 9 000 euros par an. J’ai réalisé que quelque chose devait changer. Et c’est à ce moment que j’ai décidé de gagner sérieusement ma vie.

Depuis mon adolescence “rêveuse”, j’ai passé 39 ans à étudier et pratiquer les secrets pour devenir financièrement indépendant.

J’ai commencé avec le business des services, les toitures, la pose de piscine, la peinture en bâtiment. Ensuite j’ai évolué vers les restaurants, clubs de santé, clubs d’arts martiaux, deux agences de voyage et deux galeries d’art.

En fait, j’ai lancé des business dans tous les secteurs que vous pouvez imaginer – et j’ai collaboré dans bien plus encore. A la fin, mes clients me payaient jusqu’à 2 000 dollars l’heure pour que je les conseille sur leur business – et c’était justifié puisqu’une seule de mes idées pouvait transformer leur entreprise à la peine en entreprise à succès.

Aujourd’hui, je dispose de 50 millions d’euros…

Mais j’ai toujours eu une passion : enseigner. C’est à cela que j’aime passer du temps en ce moment : apprendre aux gens à devenir riche (j’ai beaucoup de chance : je n’aurais plus jamais à me soucier de l’argent désormais, et je peux me permettre de me consacrer aux projets qui m’intéressent).

Il y a des gens qui écrivent leurs Mémoires lorsqu’ils arrivent à l’âge de la retraite. D’autres se lancent dans des activités philanthropiques… Pas moi…

Je veux être reconnu pour avoir aidé un maximum de gens à devenir riche. C’est ce que j’aime faire. Et j’en ai déjà aidé des dizaines, si ce n’est des centaines durant toute ma carrière.

Mais maintenant que je me dirige vers l’âge de la retraite, j’ai décidé de me consacrer entièrement à cela pour le reste de mes jours en créant le Wealth Builder Club (Club des Créateurs de Richesse). Je transmets aujourd’hui toute mon expérience et mon savoir-faire aux membres de mon club qui sont de plus en plus nombreux et qui viennent du monde entier. Je les aide à bâtir leur fortune.

J’en suis fier. Cela fait aussi de moi un retraité heureux, qui se sent utile aux autres. »