Comment devenir matinal ?

Rédigé le 15 septembre 2017 par | Gestion du temps, Productivité Imprimer

À 7 h 25, lorsque j’ai pénétré dans les bureaux d’Agora, à Londres, je m’attendais à ce que ce soit désert.

J’ai été surpris de découvrir que les lumières étaient allumées. Et lorsque je me suis approché de mon bureau temporaire, j’ai vu que la moitié du personnel était déjà là, en train de travailler.

« Bonjour ! » ai-je clamé, avec le sentiment que je venais de tomber sur de nouveaux adeptes de ma confrérie secrète. « Vous êtes tous très matinaux ! »

« Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt« , etc., a remarqué l’un des rédacteurs.

Je suis entré dans mon bureau le sourire aux lèvres. Le fait que tant d’employés soient au travail plus de 90 minutes avant l’heure réglementaire m’impressionnait. Leur bonne humeur m’impressionnait encore plus.

« Je vais vraiment pouvoir accomplir quelque chose ici« , me suis-je dit.

Vous connaissez les études : les gens qui se lèvent tôt sont plus heureux, en meilleure santé et plus productifs au travail. Ils restent en meilleure forme, gagnent plus d’argent et se disent plus satisfaits de leur existence.

« Levez-vous tôt et partez d’un bon pied !« , nous dit-on toujours.

Nombre de nos lecteurs nous disent qu’ils ont accepté cet argument selon lequel il est bon de se lever de bonne heure. Pourtant, ils ne parviennent pas à trouver l’énergie physique ou émotionnelle pour pouvoir vraiment le faire.

Ils se disent « oiseaux de nuit ». Ils affirment qu’ils ont plus d’énergie à minuit qu’à 9 heures du matin. En fait, disent-ils, ils préfèreraient aller se coucher à l’aube et se lever à midi, si leur travail et leur conjoint les y autorisaient.

Il existe des preuves scientifiques laissant penser qu’ils ont peut-être raison.

Depuis ces quelques dernières années, énormément d’études se sont penchées sur les schémas du sommeil, et il est clair que pour certaines personnes (environ 15%, selon ce que j’ai lu), se coucher tard et se lever tard, c’est vraiment ce qui leur est le plus naturel.

Mais ce n’est pas parce qu’il vous est un peu plus difficile de vous lever de bonne heure que vous ne devez pas essayer de le faire. Les avantages sont bien trop importants et nombreux pour se permettre de passer à côté :

Si vous voulez vous transformer en lève-tôt, mais que vous avez du mal à convaincre votre corps de coopérer, suivez ce programme en 12 étapes.

Étape 1 : arrêtez de vous faire des reproches

Ce n’est peut-être pas un manque de volonté qui vous donne envie de dormir jusqu’à midi. C’est plus probablement un mélange de gènes, de taux de glycémie, d’hormones… et de mauvaises habitudes. Mais, à part vos gènes, vous pouvez contrôler tout le reste.

Étape 2 : le soir, prenez de la mélatonine, pas de produits chimiques

Pour se lever de bonne heure, il faut se coucher tôt. Si vous avez du mal à vous endormir, essayez de prendre des compléments de mélatonine au lieu d’un somnifère. Cette hormone, produite par votre corps en réaction à l’obscurité, est un régulateur naturel du sommeil.

Étape 3 : dormez dans le noir

Moins il y a de lumière, plus votre corps produit naturellement de la mélatonine. Alors, empêchez le plus possible la lumière d’entrer dans votre chambre. Prévoyez des rideaux ou des stores occultants et ouvrez-les dès que le réveil sonne.

Étape 4 : respirez de l’air frais

L’air frais est idéal, aussi bien pour dormir que lorsque l’on est éveillé. Si vous dormez fenêtres fermées, sortez et respirez de l’air frais dès que vous vous levez, le matin.

Étape 5 : ne mangez pas avant de dormir

Votre dernier repas ou encas avant de dormir doit être absorbé trois heures avant d’aller vous coucher. Vous dormirez mieux et vous vous sentirez mieux le matin suivant.

Étape 6 : n’appuyez pas sur le bouton « snooze » (répétition de la sonnerie un peu plus tard) de votre réveil

Selon le Centre du sommeil de l’hôpital pour enfants de Philadelphie (Sleep Center at the Children’s Hospital of Philadelphia), il est plus facile de se lever dès la première sonnerie du réveil plutôt que de se réveiller, se rendormir et se réveiller à nouveau.

Étape 7 : mettez des fleurs dans votre chambre

Des chercheurs de Harvard ont indiqué que les « gens peu matinaux » déclaraient qu’ils se sentaient mieux et plus énergiques en se réveillant dans une chambre contenant des fleurs fraîches.

Étape 8 : illuminez les murs

Certaines études ont indiqué que les couleurs vives contribuent à activer les cellules de l’énergie. Alors, peignez les murs de votre chambre d’une couleur vive et gaie, accueillante lorsque vous ouvrez les yeux.

Étape 9 : faites des étirements

Cinq à quinze minutes d’étirements à la lumière du soleil font des merveilles pour se débarrasser de la raideur qui a pu s’installer pendant la nuit. Les exercices d’étirement du yoga sont particulièrement bons.

Étape 10 : faire de l’exercice

Complétez les étirements en faisant de l’exercice. Après mes exercices d’étirement, j’alterne entre les callisthéniques (des pompes hindoues, des abdominaux, etc.) et une séance de sprint ou du stepping.

Étape 11 : commencez votre journée avec le sourire

Avant même de faire votre toilette, exercez-vous à sourire 25 fois de suite. Tenez-vous simplement devant le miroir et souriez de façon aussi éclatante que possible 25 fois. Physiquement, le fait de sourire produit des endorphines qui vous donnent de l’énergie et de la motivation.

Étape 12 : levez-vous une minute plus tôt chaque jour

Il a fallu que j’atteigne la trentaine pour comprendre combien il était précieux de se lever tôt. Comme on dit, c’était moi qui faisais bouillir la marmite, car j’avais maîtrisé l’art de gagner de l’argent. Mais en me levant chaque matin à 8 h 30, je n’avais jamais le temps d’accomplir d’autres objectifs. Alors, j’ai commencé à régler mon réveil une minute plus tôt, chaque jour.

Rapidement, j’étais debout à 8 h 00, puis à 7 h 30, puis à 6 h 30 et, finalement, à un certain stade de ma carrière, à 5 h 30 du matin. (Aujourd’hui, je me réveille un peu plus tard, à 6 h 00 ou 6 h 30, normalement.)

En me levant tôt, j’ai dégagé du temps pour écrire des romans, étudier l’espagnol, être en grande forme physique, passer plus de temps avec ma famille, entre autres.

Devenez matinal, vous aussi, et il n’y aura plus de limites à ce que vous pourrez accomplir.

[Les indications que vous livre Mark reflètent l’engagement du Club des Créateurs de Richesse envers ses membres : contribuer à votre enrichissement, jour après jour, année après année.]

Mark Ford

Partagez cet article

Mark Ford
Mark Ford
Rédacteur en chef du Club des Créateurs de Richesse

« Je m’appelle Mark Ford et suis un millionnaire autodidacte. Je suis né à Brooklyn, à New York, où je vivais dans un minuscule appartement avec mes parents et mes trois frères et sœurs. Mon père était professeur de lycée, il gagnait environ 10 000 dollars par an…

J’ai rejoint le bénévolat (Peace Corps) quand j’étais un jeune homme… j’ai dormi sur des sols boueux dans des huttes africaines… et lorsque mon premier enfant est né, je gagnais moins de 9 000 euros par an. J’ai réalisé que quelque chose devait changer. Et c’est à ce moment que j’ai décidé de gagner sérieusement ma vie.

Depuis mon adolescence “rêveuse”, j’ai passé 39 ans à étudier et pratiquer les secrets pour devenir financièrement indépendant.

J’ai commencé avec le business des services, les toitures, la pose de piscine, la peinture en bâtiment. Ensuite j’ai évolué vers les restaurants, clubs de santé, clubs d’arts martiaux, deux agences de voyage et deux galeries d’art.

En fait, j’ai lancé des business dans tous les secteurs que vous pouvez imaginer – et j’ai collaboré dans bien plus encore. A la fin, mes clients me payaient jusqu’à 2 000 dollars l’heure pour que je les conseille sur leur business – et c’était justifié puisqu’une seule de mes idées pouvait transformer leur entreprise à la peine en entreprise à succès.

Aujourd’hui, je dispose de 50 millions d’euros…

Mais j’ai toujours eu une passion : enseigner. C’est à cela que j’aime passer du temps en ce moment : apprendre aux gens à devenir riche (j’ai beaucoup de chance : je n’aurais plus jamais à me soucier de l’argent désormais, et je peux me permettre de me consacrer aux projets qui m’intéressent).

Il y a des gens qui écrivent leurs Mémoires lorsqu’ils arrivent à l’âge de la retraite. D’autres se lancent dans des activités philanthropiques… Pas moi…

Je veux être reconnu pour avoir aidé un maximum de gens à devenir riche. C’est ce que j’aime faire. Et j’en ai déjà aidé des dizaines, si ce n’est des centaines durant toute ma carrière.

Mais maintenant que je me dirige vers l’âge de la retraite, j’ai décidé de me consacrer entièrement à cela pour le reste de mes jours en créant le Wealth Builder Club (Club des Créateurs de Richesse). Je transmets aujourd’hui toute mon expérience et mon savoir-faire aux membres de mon club qui sont de plus en plus nombreux et qui viennent du monde entier. Je les aide à bâtir leur fortune.

J’en suis fier. Cela fait aussi de moi un retraité heureux, qui se sent utile aux autres. »