Rentabilisez votre garage en huit étapes

Rédigé le 7 juillet 2017 par | Générer des Revenus passifs Imprimer

Cher lecteur,

Vous ne le savez peut-être pas encore, mais il est possible de générer un revenu complémentaire important et régulier grâce à une seule partie de votre maison. Ces opportunités de revenus supplémentaires font partie intégrante de la stratégie de création de richesse prônée par Mark Ford. Pour en savoir plus…

Alors, pourquoi ne pas rentabiliser votre place de parking, votre box ou votre garage en le louant lorsque vous ne l’utilisez pas ?

C’est une manière simple de gagner un peu d’argent et d’aider son prochain, surtout dans les grandes villes souvent en manque de place.

Voici les huit étapes pour tirer profit de votre garage en toute simplicité.

1. Estimez le montant du loyer

Avant de louer, il est nécessaire de connaître les prix pratiqués. Le loyer d’une place de parking est très variable (de 40 à 300€ par mois !). Cela dépend du type de place (à ciel ouvert, fermé, gardé, etc.) mais surtout de l’emplacement.

En effet, les prix peuvent varier du simple au double d’une ville à l’autre, d’un quartier à l’autre, voire même d’une rue à l’autre. Renseignez-vous donc correctement sur les loyers pratiqués.

Le montant du loyer doit donc être avantageux par rapport aux solutions de stationnement traditionnelles (les parkings publics, voiries). Il doit être cohérent en fonction de :

Si vous ne louez votre place de parking que la journée, fixez un loyer égal à 60% de celui d’une location à temps plein. Un prix juste et modéré se révèle souvent être un bon calcul. Le locataire est satisfait et ne cherche pas ailleurs d’autres places de stationnement. Vous ne subissez pas de changements fréquents de locataires, source d’ennuis et de perte d’argent.

2. Rédigez bien l’annonce

C’est l’étape essentielle dans votre recherche de locataire. Une annonce bien rédigée aura un meilleur taux de réponse. Soyez objectif et réaliste. Pensez à mentionner les équipements, les lieux d’accès proches (arrêts de bus, stations de métro), s’il est surveillé, etc. N’oubliez pas d’y joindre une photo. Une annonce avec photo est plus vue qu’une annonce sans photo.

3. Informez correctement les personnes intéressées

Régulièrement, vous recevrez des messages de personnes intéressées pour louer votre place ou votre garage. Pensez donc à lire quotidiennement vos emails et à y répondre rapidement. Soignez aussi vos messages. Il est important que les personnes intéressées par votre place de parking soient correctement renseignées. Cela vous évitera de perdre du temps à faire des visites inutiles.

4. Préparez la visite

Il est important que le futur locataire soit rassuré et qu’il ait suffisamment confiance pour pouvoir laisser son véhicule. Insistez bien sur les points forts de votre emplacement. Prenez le temps de rassurer le locataire sur ses craintes éventuelles. Veillez à ce que l’emplacement soit propre et rangé pour que le nouvel arrivant se sente en sécurité.

5. Ne négligez pas l’état des lieux

Même s’il n’est pas obligatoire pour ce type de location, je vous encourage vivement à faire un état des lieux, surtout si votre garage est équipé. L’état des lieux est la seule preuve dont vous disposez pour prouver votre bonne foi en cas de litiges ou de malentendus à l’issue de la location.

L’état des lieux peut être fait à l’amiable entre vous (pas d’obligation légale de passer par un huissier). Même s’il est rapide, il doit être fait avec beaucoup d’attention et de précision.

6. Exigez des garanties

La réglementation en matière de location de parking est très souple. Néanmoins, la signature d’un contrat est nécessaire pour prévenir le bailleur de toute défaillance du locataire. Vous trouverez ici un modèle de contrat.

Il est préférable d’exiger une caution lors de la signature du contrat. Contrairement à la location d’habitation, la caution peut être fixée librement par le bailleur. Celle-ci équivaut le plus souvent à un mois de loyer. Elle peut être supérieure, notamment pour justifier une garantie sur le moyen d’accès (bip, télécommande, clés).

La remise des clés se fait lors de la signature du bail. Le nombre de jeux de clés distribués est généralement écrit sur l’état des lieux.

7. Avertissez votre assureur

Le bailleur doit avertir sa compagnie d’assurance de la location de son parking. Les dispositions seront gérées au cas par cas en fonction de la compagnie d’assurance. Vous devez également vérifier que le locataire a bien assuré son véhicule.

8. Réception des loyers

Il est important de fixer dès la signature du contrat les modalités de versement du loyer ainsi que les échéances. Je vous déconseille les enveloppes glissées sous la porte ou dans la boîte aux lettres. Privilégiez un mode de paiement sûr et sans ambiguïté (envoi de chèques bancaires à échéance régulière, virement automatique).

Choisissez les bonnes plateformes Les sites Web pour vous aider ne manquent pas, en voici quelques-uns :

Parkadom, par exemple, est un site vous permettant de louer votre place de parking à des particuliers lorsque celle-ci est vide. Vous pouvez louer votre place de parking la journée à une personne travaillant dans votre quartier. C’est simple, mais il fallait y penser ! Vous pouvez faire en moyenne 120€ de gains par mois.

Et pensez au co-stockage !

Louez votre espace inutilisé en tant que box de stockage sur Ouistock pour gagner 120€/mois en moyenne. Outre les aspects de base, comme le paiement sécurisé (via Mangopay), l’assurance pour couvrir les biens (merci SwissLife) et la géolocalisation pour que des personnes de votre quartier ou votre ville vous trouvent, Ouistock propose des avantages vraiment intéressants, tant pour les « locataires » que pour les « propriétaires » :

La réglementation fiscale

N’est envisagée ici que la location de parking non comprise dans la location d’un logement.

  • TVA

En principe, quand un propriétaire donne en location des places de parkings, des boxes ou des garages, il est soumis à la TVA au taux normal puisque la location de stationnements est considérée comme une prestation de service BIC (Bénéfices industriels et commerciaux).  Si les recettes totales sont inférieures aux plafonds de la micro-entreprise, le loueur peut opter pour ce régime d’imposition et être donc exonéré de TVA. De même, quand la location du garage est liée à la location d’un logement situé dans le même ensemble immobilier, elle est exonérée de TVA. Y compris quand elle fait l’objet d’un contrat de bail distinct.

  • Bénéfice

Le loueur de parking est imposé dans la catégorie des BIC. S’il a opté pour le régime de la micro-entreprise, ses recettes de location seront soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu après un abattement de 50%. Quand la location est comprise dans un bail d’habitation, son produit est assimilé à un revenu foncier.

  • Taxe d’habitation

Le parking est en principe inclus dans l’assiette imposable du logement qui lui est lié. Quand il est indépendant ou situé à plus d’un kilomètre du logement concerné, le garage n’est pas considéré comme une dépendance et n’est donc pas soumis à la taxe d’habitation.

  • Taxe foncière

Comme tous les biens immobiliers, le garage est soumis à la taxe foncière payée par le propriétaire.

Vous savez tout sur le potentiel de votre garage… A vous de voir s’il va rester vide encore longtemps !

Anne Dassier

Partagez cet article

Anne Dassier
Anne Dassier