Vous voulez devenir riche ? Faites comme lui !

Rédigé le 23 juin 2017 par | Entreprendre, Success stories Imprimer

Cher lecteur,

Il possède une île, il est aussi célèbre qu’une rockstar, il peut décrocher son téléphone et demander à parler à n’importe qui dans le monde, et sa fortune est estimée à près de 5 milliards de dollars.

À 8 ans il ne savait ni lire ni écrire ! L’école a été un moment douloureux pour lui.

Dyslexique, il avait du mal à comprendre les cours ; et on imagine qu’à cette époque il préférait admirer la jolie pelouse de la Stowe School plutôt que d’écouter ses professeurs.

Je parle bien sûr de Richard Branson.

Que nous apprend-il ? Quels enseignements peut-on tirer de son incroyable parcours ?

Leçon numéro 1 : même sans diplôme, même sans expérience, même sans capital, ne pas hésiter à se lancer. Osez !

Alors à 15 ans, à l’âge où l’on aime encore les dessins animés, il quitte l’école et fonde son premier business, un magazine dont le premier exemplaire s’écoulera tout de même à 50 000 exemplaires !

« Génial ! » lâchai-je spontanément en pleine salle d’attente de l’aéroport ! Du coup… toute la salle s’est retournée vers moi !

– « Euh…Pardon ! C’est l’effet Richard Branson…  Il s’est lancé dans les affaires à l’adolescence, alors que moi j’hésite depuis toujours ! » me sentis-je obligé d’indiquer.

Et en effet, j’ai toujours voulu entreprendre ! … Mais jeune, je pensais que je n’avais pas suffisamment de diplôme… … Diplômé, je pensais que je n’avais pas suffisamment d’expérience… … Expérimenté, je pensais que je n’avais pas suffisamment de capitaux…

Or, Richard Branson se lance à 15 ans, alors qu’il est « vierge dans le business » (« Virgin ») et aujourd’hui, il est riche !

L’audace l’a tiré vers le haut. Il a tout simplement osé, fait fi des obstacles et s’est lancé.

Mais ce n’est pas la seule leçon que j’ai tirée de la vie de Richard Branson…

Leçon numéro 2 : faire de la pub, même sans budget pub !

Après l’édition, Richard Branson se lance au début des années soixante-dix dans la vente et la production de musique ; et l’un des groupes qu’il choisit de produire est aussi sulfureux que médiatique : les sex pistols !

Le groupe enchaîne les provocations et les procès ; et le pire c’est que ça marche ! Avec eux, Virgin fait la une des journaux et entre petit à petit dans la cour des labels qui comptent, ceux qui produisent les stars, ceux qui valent plus d’un milliard de dollars…. C’est la somme qu’empochera Richard Branson lors de la vente du label !

Et ce ne sera pas son seul coup médiatique !

En 1984, lorsque Richard Branson lance Virgin Airways, les débuts sont difficiles !

British Airways, son principal concurrent, compte plus de 200 avions, et il n’a pas les mêmes budgets pub !

Alors pour faire connaître sa compagnie, Richard Branson n’hésitera pas à organiser un évènement qui lui accordera à lui et à sa société une notoriété internationale : la traversée de l’Atlantique en ballon !

Le coup de pub sera énorme, planétaire ; on estimera les retombées publicitaires à plus de 20 millions d’euros, et l’évènement contribuera largement à la croissance de sa société ; donc, oui : la pub gratuite, c’est efficace !

Aujourd’hui, Richard Branson participe régulièrement à des conférences et n’hésite pas à donner des conseils aux jeunes entrepreneurs :

… Gardez les choses simples, … n’hésitez pas à déléguer, … n’abandonnez pas, … traitez bien les gens, … un entrepreneur n’est pas un manager…

Mais la dernière leçon que j’ai tirée de la vie de Richard Branson c’est celle-ci :

Leçon 3 : Ne faites pas tout au « feeling », adoptez une stratégie

Je sais, ce dernier point peut paraître surprenant s’agissant de Richard Branson. En effet, l’entrepreneur est surtout connu pour ses coups d’éclats et sa spontanéité. Mais il ne faut pas s’y tromper, derrière cette réelle bonhomie, cette naturelle sympathie, se cache en fait un redoutable stratège !

Car les professionnels du marketing le savent : on n’achète pas simplement un produit ; on achète aussi un mode de vie !

Autant dire qu’en achetant un produit Virgin, on achète donc un peu du sourire et de la liberté de Richard Branson ! Pendant toutes ces années, il a donc construit une marque qu’aujourd’hui il monétise en créant une radio par-ci (Virgin radio), un opérateur télécom par-là (Virgin mobile).

L’entrepreneur qui souhaiterait suivre la méthode Richard Branson pourrait donc :

  1. construire une marque
  2. la monétiser.

Par ailleurs, lorsque Richard Branson s’attaque à British Airways en 1984, il ne le fait pas sur un coup de tête, non, il le dit lui-même : « on ne s’est pas juste diversifié, on pensait qu’on pouvait faire mieux »

Et il le fait en louant un avion pour un an !

Autrement dit, il ne s’est pas lancé tête baissée, les yeux fermés dans cette aventure périlleuse ; il avait assuré ses arrières.

Mark Ford a lui aussi appliqué systématiquement cette façon de faire pour s’enrichir. Et il la recommande vivement dans son programme destiné aux entrepreneurs. Il appelle cette façon d’envisager les choses « la stratégie de l’entrepreneur anxieux ». Pour en savoir plus…

Et puis, peut-on vraiment bâtir un empire de plus de 200 sociétés au « feeling » !

Tout d’un coup, le haut-parleur retentit :

« Dernier appel, Monsieur Agricole est attendu en salle d’embarquement ! Je répète : Monsieur Agricole est attendu en salle d’embarquement… »

MINCE ! Mon vol Virgin !

Gilles Agricole

Partagez cet article

Gilles Agricole
Gilles Agricole