Cinq habitudes à prendre pour être plus efficace au bureau

Rédigé le 26 mai 2017 par | Productivité Imprimer

Cher lecteur,

Vous le savez déjà, dans Provoquez votre réussite, nous considérons que réussir est un concept holistique. Ainsi, votre capacité à adopter les bons réflexes pour être efficace en toute circonstance fait partie prenante de cet équilibre vers lequel vous devez tendre.

Quelle que soit votre situation, il faut toujours vous demander comment améliorer votre efficacité. 

Il est primordial, dès le départ, d’établir des conditions favorables et gagnantes.

Voici donc cinq habitudes à prendre pour bien gérer votre temps et ainsi mettre toutes les chances de votre côté.

1 – Formez-vous en permanence

Dit comme ça, c’est un peu rebutant, parce que les journées ne seront jamais assez longues pour trouver le temps de tout faire… à moins de ne pas dormir ! Rassurez-vous, je dors la nuit. Tout est question de choix et d’organisation.

Même si vous adorez votre métier, vous n’êtes pas à l’abri de la monotonie de certaines tâches répétitives. Cette répétition va vous conduire vite à l’épuisement physique et moral. Mais comment éviter ça ? Eh bien c’est plus simple que vous pensez : la diversification.

C’est comme en matière d’alimentation, il faut se nourrir en variant les plaisirs, les sources de connaissance et donc se former. Il est indéniable que lorsque vous acquérez de nouvelles compétences, de nouveaux savoirs, cela booste votre productivité. C’est un peu comme donner du carburant et un petit coup d’accélérateur à une voiture qui roulait au pas depuis un moment.

C’est d’ailleurs le constat dressé par une étude américaine publiée dans le Journal of Occupational and Environmental Medecine… Voilà une bonne raison de vous réjouir de la formation aux nouveaux logiciels achetés par votre société !

Explorez l’e-learning, vous y trouverez une mine de formations, l’occasion d’apprendre une nouvelle langue, de vous perfectionner dans les domaines qui vous intéressent. Seulement quelques heures par semaine vous permettront de progresser dans votre domaine de prédilection et de rester informé, formé et motivé.

2 – Mangez différemment

Revenons sur le « carburant » : pas la peine d’avaler des litres de café pour se sentir productif. Vous serez nerveux et c’est contre-productif. Pas la peine non plus de se gaver d’aliments tels que les féculents et le sucre parce que vous avez lu quelque part que c’était une source d’énergie. Passé le déjeuner, vous allez au mieux subir une baisse de régime parce que la digestion sera lente et laborieuse, au pire piquer du nez alors que la réunion la plus importante de la semaine est prévue à 14h.

Déjeunez léger et n’oubliez pas les protéines.

3 – Rangez votre bureau

L’idée n’est pas de bien aligner tous vos documents mais de faire un « tri de printemps » : gardez l’essentiel. Jetez le reste ! Même dans votre esprit, vous vous sentirez plus léger.

La même étude citée plus haut suggère que l’exposition à la « saleté » génère un stress conduisant à une baisse d’énergie. Attention, je ne dis pas que fouillis rime avec saleté et je n’oublie pas non plus ceux pour qui le fouillis est un mode d’organisation en tant que tel.

Sur votre bureau virtuel aussi, il faut ranger les fichiers par dossiers. Cela désencombre votre plan de travail visuel, évite à votre ordinateur de ramer, et vous permet de retrouver vos informations plus facilement. Ne gardez sur le « bureau » que les quelques fichiers temporaires sur lesquels vous êtes vraiment en train de travailler, et les raccourcis utilisés au quotidien. Rangez tout le reste en dossiers bien classés.

Vous pouvez aussi aménager votre bureau à votre goût. Travailler dans un endroit qui vous sied, cela booste votre motivation et votre efficacité.

4 – Ménagez vos oreilles et celles de votre voisin

Dans un monde saturé de bruit, de paroles et de musique… le silence est un bien précieux. Si vous travaillez dans un open space, il y a mieux que le casque anti-bruit de chantier ! Les isolants petits prix (boules quiés) ne suffisent peut-être plus à diminuer les logorrhées de votre collègue.

Alors optez pour un casque à réduction de bruit active : conçu initialement pour écouter de la musique, vous pouvez l’utiliser pour réduire les bruits environnants. Grâce à des micros placés sur les écouteurs, il capte les sons extérieurs et envoie des fréquences inverses pour les neutraliser. Vous avez vraiment la sensation de plonger sous l’eau.

Le silence a un prix : la Rolls du casque, c’est le QuietComfort35 de Bose (379 € tout de même). Moins onéreux et tout aussi performant, j’ai testé le casque SHB9850NC/00 de Philips (170 €). Vous pouvez couvrir le brouhaha ambiant en écoutant votre musique sans déranger votre voisin de bureau.

5 – Soyez humble pour faire votre place au travail

Le mot « humilité » vient de la racine latine « humus » signifiant terre, comme dans l’expression « terre-à-terre ». Attention, cette disposition d’esprit ne doit pas être confondue avec l’auto-dévalorisation. C’est plutôt l’art d’être bienveillant qui est en jeu ici.

Plutôt que de montrer les crocs pour s’affirmer en réunion, vous adoptez une attitude « low profile ». Inutile de démonter le projet du voisin pour faire passer le sien. Au contraire, efforcez-vous de donner votre point de vue en y intégrant celui des autres. Vous verrez que ce sera beaucoup plus constructif et productif. En impliquant l’autre, vous lui montrez que son avis est important et que vous pouvez progresser ensemble. Vous devez faire comprendre à votre collaborateur qu’il pourra compter sur vous pour l’inclure dans un projet à venir. Plus il y a de l’ouverture aux autres, plus l’intégration sera aisée.

Il ne s’agit pas seulement de faire preuve de modestie en laissant de l’espace aux autres. Il s’agit aussi de la capacité à reconnaître ses erreurs. Cela signifie que vous êtes réfléchi, capable de changer d’avis et donc de digne de confiance. L’humilité dans le processus d’insertion et d’efficacité au travail est une attitude permettant des évaluations plus justes et plus complètes de soi et des autres.

Vous acceptez plus facilement la critique. Attention, la pratique de l’humilité requiert beaucoup de courage et elle n’est pas toujours récompensée dans notre société française : l’autopromotion a encore de beaux jours devant elle…

En bonus : tentez la sieste de 15 minutes

Un dernier conseil si vous me le permettez : faites la sieste. Oui, je sais, en France, c’est plutôt mal vu… trop connoté « fainéantise ».  Les entreprises y sont réticentes.  Certaines décident pourtant de franchir le pas. Si vous avez la chance de faire partie d’une structure où est aménagé un espace de repos, laissez-vous tenter !

Faire une sieste d’environ 15 minutes est extrêmement bon pour tous ceux qui exercent un métier à risque, soumis au stress et/ou lié à l’intellect. C’est en début d’après-midi, après le déjeuner, que la vigilance baisse. C’est donc le moment propice pour vous laisser aller dans les bras de Morphée… Vous reprendrez votre activité en pleine possession de vos moyens.

A défaut de pouvoir faire la sieste, octroyez-vous des pauses toutes les deux ou trois heures et cessez de culpabiliser parce que votre voisin qui s’agite dans tous les sens vous donne l’impression d’être plus efficace… Ne vous laissez plus distraire par les faux-semblants et adoptez le rythme de travail qui vous correspond le mieux.

Vous en récolterez rapidement les fruits !

Anne Dassier

Partagez cet article

Anne Dassier
Anne Dassier