Soyez en accord avec votre projet entrepreneurial

Rédigé le 7 avril 2017 par | Entreprendre Imprimer

Il y a quelques jours, nous avions vu ensemble comment trouver une bonne idée de départ pour votre projet d’entreprise. Puis nous nous étions ensuite demandés comment tester son potentiel.

Mais vous, où en êtes-vous sur le plan personnel ?

La mise en oeuvre d’une idée et la réussite d’une entreprise ne dépendent pas seulement de la faisabilité financière, commerciale et juridique. Elles reposent aussi sur des facteurs humains. La maturation d’une idée doit impérativement tenir compte d’éléments plus personnels.

Quelle que soit l’origine de votre projet, il est indispensable, pour lui donner un maximum de chances de réussite, de vérifier sa cohérence avec votre projet personnel de créateur.

Lorsque vous commencez à penser à la création d’entreprise, c’est que vous vous projetez déjà dans un autre avenir professionnel que celui dans lequel vous vivez à l’instant T.

C’est alors souvent dans cette phase où naît le projet que commence un long parcours de doutes et de questionnements, qui vont vous amener, étape après étape, à la question finale :

« J’y vais ou j’y vais pas ? ».

Evaluez la cohérence de votre projet

Il s’agit de se lancer en ayant bien pris la mesure des contraintes et des conditions personnelles. C’est un mode de vie particulier que celui de chef d’entreprise.

Vous devrez rapidement :

  1. Définir votre projet de vie personnel.
  2. Analyser les contraintes et exigences inhérentes à votre projet d’entreprise, en vous assurant qu’elles peuvent être surmontées.
  3. Vérifier qu’il n’y a pas de contradictions entre les deux projets (personnel et d’entreprise).
  4. Évaluer, s’il y a lieu, les écarts et les actions correctrices à mener.

Vos contraintes, vos motivations et objectifs personnels, vos compétences et expériences sont des éléments très importants à prendre en considération.

Quelles sont vos contraintes personnelles ?

En devenant chef d’entreprise, vous allez devoir passer d’une certaine situation personnelle à une autre, où, par nature, règnent l’imprévu et l’aléatoire.

Vous devez donc prendre en compte les caractéristiques de votre situation présente et vérifier leur compatibilité avec la situation engendrée par la création de l’entreprise.

  Pouvez-vous dégager suffisamment de temps pour étudier et préparer correctement votre projet, compte tenu de votre situation actuelle ?

Allez-vous conserver votre activité ou vous consacrer uniquement à votre projet ?

Sachez que si vous conservez une activité salariée, vous profitez d’une exonération des charges sociales au titre des 12 premiers mois d’exercice. Gardez un pied dans votre entreprise, même si cela peut sembler difficile à première vue, c’est aussi rester avec des collaborateurs et des ressources humaines qui pourront vous apporter un plus dans votre parcours. Et surtout, vous êtes financièrement couvert grâce à votre salaire.

C’est ce que Mark Ford appelle la posture de « l’entrepreneur anxieux », une stratégie qu’il a toujours privilégiée et qu’il recommande dans son programme Démarrez votre entreprise. Pour en savoir plus…

 Votre entourage adhère-t-il au projet ?

Cette adhésion est très importante, en particulier celle de votre conjoint, qui peut vous apporter une aide psychologique et matérielle en prenant en charge certaines tâches.

La création d’entreprise est une aventure à la fois stressante et exaltante. Elle va vous prendre beaucoup de temps et d’énergie, vous y investirez peut-être vos économies… sans être sûr, bien évidemment, de rencontrer le succès escompté.

Vos proches doivent en être conscients et accepter cette nouvelle situation.

Il vous sera d’autant plus facile de travailler sereinement à la création de votre entreprise que vous vous sentirez soutenu et compris par votre famille, et tout particulièrement par votre conjoint.

Votre famille sera-t-elle prête à consentir certains sacrifices pendant la phase de démarrage de l’entreprise : déménagement éventuel, nouvelles conditions de vie familiale défavorables (moins de temps libre, moins de congés), baisse du niveau de vie ?

Si le projet n’est pas partagé par l’entourage, des tensions peuvent très vite se créer !

 Vos charges familiales sont-elles compatibles avec le projet ?

Cette question sera primordiale si vous ne bénéficiez pas de sources de revenus en attendant la montée en puissance de l’entreprise : salaire ou revenus fonciers par exemple.

 Quelles sont vos contraintes financières ?

Nous avons tous des contraintes de vie. Quelles sont les vôtres ? Ces contraintes vont en partie déterminer la réussite de votre projet.

Votre régime matrimonial doit être adapté à votre projet. Quelles seront les conséquences pour votre conjoint en cas de défaillance de votre entreprise ? Que deviendra l’entreprise en cas de divorce ? Je vous conseille de prendre attache auprès d’un notaire car il n’y a pas de règle unique et idéale. Pas de panique, quel que soit votre régime, vous pouvez en changer.

 Votre apport financier personnel est-il suffisant pour chercher des financements complémentaires et convaincre des partenaires financiers ?

Il doit représenter au minimum 30% de vos besoins financiers.

De nombreuses collectivités et organismes viennent en aide aux créateurs en accordant des subventions ou plus fréquemment des prêts d’honneur à taux zéro (renseignements auprès de la chambre de commerce et d’industrie et de France Initiative). Pensez au « business angel« , l’investisseur providentiel qui croit en vous.

Pensez aussi au crowdfunding : Internet a remis au goût du jour une ancienne pratique « d’appel au public », le crowdfunding, qui finança par exemple la statue de la Liberté de Bartholdi, offerte aux États-Unis. Elle est en plein essor : entre 2009 et 2014, l’ensemble du marché du crowdfunding a connu une croissance mondiale de plus de 1 000% !

Le crowdfunding, c’est la prise de participation (private equity) d’une personne physique ou morale, par l’investissement, dans le projet d’une entreprise. Les investisseurs obtiennent ainsi des parts (actions) de votre entreprise, qu’ils financent. Les sites français les plus connus pour lever des capitaux sont les suivants : WiSEED, Anaxago, Sowefund, FinanceUtile…

Autre formule à votre disposition, le crowdlending pourrait également vous être salutaire : c’est le prêt d’une somme par une personne physique ou morale et qui va vous permettre de développer votre projet. Votre entreprise doit alors rembourser le prêt, chaque mois, plus le paiement d’intérêts. Le cadre législatif du prêt participatif a été posé par la loi Macron, fin 2014. Ceci vous permet d’emprunter sans passer par la banque.

Récemment, Yann Boutaric a rencontré un jeune entrepreneur dont l’expérience de financement pourrait vous inspirer. Il a notamment fait appel à la plateforme française KissKissBankBank. Retrouvez cette courte interview en cliquant ici.

 Votre santé est-elle compatible avec les exigences du projet ? Notamment lorsqu’il faudra faire face à des périodes d’intense charge de travail ?

Vous avez un potentiel, c’est-à-dire une capacité personnelle d’action, de résistance physique, de solidité psychologique, de débrouillardise, de capacité à rebondir… N’oubliez pas que la création d’une entreprise s’avère une source non négligeable de stress.

Quelles sont vos motivations et vos objectifs personnels ?

On ne crée pas une entreprise sans raison précise. Les motivations ne sont pas toujours toutes clairement exprimées et certaines peuvent entraîner des déconvenues.

Il faut donc vous poser, en toute conscience, la question : pourquoi est-ce que je veux créer une entreprise ?

D’après une étude Insee, être indépendant est la première des raisons invoquées par les créateurs d’entreprise. La deuxième raison citée est le goût d’entreprendre et le désir d’affronter de nouveaux défis ; puis viennent dans l’ordre : la perspective d’augmenter ses revenus, s’extirper d’une période de chômage, une opportunité qui s’est présentée, une idée de produit, un service ou marché à développer, un exemple réussi d’entrepreneur dans l’entourage. Enfin, pour 8% des entrepreneurs, c’est la seule possibilité d’exercer leur métier.

Listez vos principales motivations et évaluez leur réalisme par rapport à votre projet d’entreprise.

Certaines raisons sont un gage de succès, car il s’agit de motifs impérieux pour lesquels vous serez prêt à tous les sacrifices. D’autres motivations risquent au contraire de se révéler néfastes pour la bonne préparation de votre projet, car elles vous pousseront à monter l’entreprise – quoi qu’il arrive – sans tenir compte de la réalité.

Mettez à profit vos compétences et vos expériences

Vous possédez une personnalité dont les traits les plus marquants seront plus ou moins adaptés à votre future activité. Vous avez des connaissances et des compétences techniques, commerciales, de gestionnaire qui s’avéreront adaptées ou manquantes pour les besoins du projet.

Vous envisagerez des « actions correctives » en évaluant, avant et pendant, leur coût et leur délai. Selon les cas, cela pourra être :

Toutes ces « petites choses » vous aideront à prendre de l’assurance et à sauter le pas, parce que c’est le but, non ?

Bref, toutes ces questions sont un passage obligé pour tout futur entrepreneur. Elles sont bonnes à se poser car les réponses seront à la base de la réussite du projet.

Vous n’aurez pas réponse à tout, là, tout de suite… Vous vous adapterez, vous ajusterez, vous trouverez des réponses, de nouvelles et de meilleures réponses au fur et à mesure de votre business.

C’est la devise de Mark Ford : Prêt, Feu, Visez ! Vous réglerez la mire une fois que le projet se sera concrétisé.

Il n’y a pas d’âge pour apprendre et pour entreprendre ! Quelle que soit votre situation, en tous lieux, si vos désirs sont assez grands, tant pis pour vos peurs et vos erreurs, lancez-vous !

Anne Dassier

Partagez cet article

Anne Dassier
Anne Dassier