Comment publier votre best-seller

Rédigé le 4 avril 2017 par | Générer des Revenus passifs, Mark Ford, Opportunités de revenus Imprimer

Cher lecteur,

Vendredi dernier, nous avons vu comment surmonter les obstacles qui vous empêchent d’avancer dans l’écriture de votre ouvrage.

Pour rappel, voici ce que nous avons vu :

Mais une fois que vous avez commencé à écrire, et avant d’avoir terminé votre ouvrage, vous devez réfléchir à sa vente. C’est ce qui peut vous permettre de transformer cette passion ou cette envie en une source de revenu complémentaire.

De nos jours, grâce à Internet, il existe des douzaines de façons de commercialiser et vendre vos livres. Certaines sont plus efficaces que d’autres.

Devenez un gourou dans votre domaine

Si votre objectif est de vendre une tonne de livres, vous devez envisager de devenir un expert reconnu dans votre domaine.

De nos jours, c’est plus facile que jamais, encore une fois grâce à Internet. Pour cela, petit à petit, vous devez monter un fichier de personnes qui seront probablement ravies d’acheter vos livres. Par exemple, vous pouvez commencer un blog et poster des billets sur votre sujet de façon régulière.

Vous pouvez vous contenter d’écrire 100 mots par jour, ou bien 500. Vous pouvez rédiger des critiques de livres, des pavés et des réflexions jetées au hasard, quoi que ce soit. Tenez-vous à un sujet.

Puis suivez une formation en marketing sur Internet pour vous créer un fichier de lecteurs. Comme votre contenu est gratuit, vous devriez facilement vous créer une liste de centaines ou de milliers de lecteurs.

Cette stratégie ne fonctionnera pas d’un jour à l’autre, mais elle se mettra en place au fil des mois et pendant ce temps votre vie continuera à un rythme effréné. Puis, avant même que vous ne vous en aperceviez, vous vous trouverez face à une flopée de lecteurs qui vous considéreront comme un expert dans votre domaine.

Ces personnes s’avèreront être de très bons acheteurs.

Mettez en place des partenariats

Vous pouvez également étendre votre liste de prospects en faisant des « partenariats » avec d’autres éditeurs sur Internet dans le même secteur. Ces accords sont monnaie courante de nos jours. Vous leur accordez la liberté de publier des billets de votre blog et ils font de même pour vous. Puis, chacun fait la publicité sur le fichier de l’autre.

Au fur et à mesure que vous développez votre fichier de lecteurs, vous pouvez toucher d’autres éditeurs disposant de fichiers de taille relativement similaire. S’ils sont intelligents, ils seront heureux d’accepter de « faire la promotion croisée » de vos fichiers. Vous publiez leurs articles et ils font de même avec les vôtres. Vous vendez votre produit sur leurs listes et eux font de même sur votre liste.

Autoéditez votre livre numérique

Une autre option se concentre sur l’édition et la commercialisation de votre livre via la plateforme Kindle d’Amazon.

Des auteurs de best-sellers ont connu leur premier succès, celui qui leur a permis de vendre plusieurs millions d’exemplaires ensuite, via Kindle Direct Publishing.

L’auteure française Agnès Martin-Lugand en a bénéficié. Une success story qui n’aurait pas vu le jour sans Kindle, comme elle l’explique :

« J’ai décidé d’autoéditer mon livre sur la plateforme Kindle Direct Publishing d’Amazon, et trois semaines après, j’avais un coup de téléphone de Michel Lafon pour sortir mon livre papier. »

Il ne s’agit pas simplement de Kindle. La demande en matière de smartphones ou autres tablettes a explosé. Et les gens veulent remplir leurs appareils mobiles de contenu. En 2013, les ventes d’e-books dans le monde entier ont avoisiné les 8,5 milliards de dollars.

L’année dernière, Amazon a annoncé que les ventes d’e-books sur Kindle étaient supérieures aux ventes de tous les autres livres combinés (couverture rigide et souple).

En France, la demande pour des e-books auto-publiés est indéniable : en effet, 57% des Français se disent prêts à payer pour un livre numérique autoédité (étude Odoxa pour Amazon, mars 2015).

Amazon, la librairie la plus importante au monde, vend plus de livres numériques que de livres physiques ! Réfléchissez à l’opportunité que cela représente pour les auteurs.

Sur Amazon, vous récupérez 70% des bénéfices

Il y a un gros avantage à éditer via Kindle, c’est que dès que vous finissez d’écrire votre e-book, vous pouvez instantanément toucher des millions de clients Amazon. Amazon possède un fichier de plus de 200 millions de cartes de crédit. Lorsque des clients Amazon cherchent d’autres produits, les e-books Kindle apparaissent dans les résultats, juste à côté des résultats de produits physiques.

Amazon est prêt à tout pour avoir le premier rôle dans l’espace de l’édition numérique. Ainsi, actuellement, Amazon permet aux éditeurs d’e-books de récupérer jusqu’à 70 % des bénéfices sur les ventes. C’est ce qu’a déclaré recevoir Bruno Combes, auteur français, avec son ouvrage Seulement si tu en as envie, qui était vendu sur Amazon.

La publication et la vente de vos propres livres n’a jamais été plus aisée et plus lucrative.

Vous souhaitez commencer ?

La façon la plus facile de lancer la machine est de créer un compte sur createspace.com (Amazon). Ce site vous permettra de télécharger un modèle Word Microsoft qui vous facilitera le processus de formatage de votre livre, notamment la création d’une table des matières, d’un index et même la conception de la couverture.

La plateforme est disponible seulement en anglais. Si vous rencontrez des difficultés pour l’utiliser pleinement, vous pouvez consulter divers guides : Comment publier sur CreateSpace: Tout pour publier votre livre papier sur CreateSpace d’Amazon.

Le site Bookelis.com  offre le même genre de prestation en français avec des modèles gratuits. N’hésitez pas à y faire un tour !

Pour démarrer, c’est un bon premier pas. Vous pouvez ensuite aller sur Amazon pour commercialiser votre livre. Vous choisissez un prix (je vous recommande entre 2,99 et 9,99 dollars si vous voulez toucher pas mal de royalties) et Amazon vous aidera pour le reste du processus.

Une fois qu’Amazon a formaté le livre, vous obtenez une « épreuve d’une page », ce qui vous permet de voir à quoi ressemblera le livre une fois imprimé. Si vous avez des modifications à effectuer, vous pouvez le faire.

Ensuite, si vous aimez le rendu, tout ce que vous avez à faire c’est d’appuyer sur un bouton et, sous quelques jours, Amazon publiera votre livre !

Multipliez vos ventes

Mettre votre livre sur Amazon enclenchera le processus de vente, mais ne vous attendez pas à vendre beaucoup de livres si vous vous arrêtez là. Vous devez amener les gens à chercher votre livre et il existe bon nombre de façons de le faire.

Je vous recommande de jeter un coup d’œil au service d’autoédition Kindle proposé par Amazon ici. Il fourmille d’informations sur la façon de publier vos livres par vous-même sur Amazon Kindle. Et il complète le createspace.com d’Amazon.

Et si vous souhaitez réellement faire de cette opportunité une source de revenu supplémentaire, je vous propose un dossier de 20 pages sur le sujet, complété par les conseils de mon équipe de recherche, dans le cadre de la série « Opportunités de revenus supplémentaires«  du Club des Créateurs de richesse. C’est l’une des 27 opportunités proposées par le Club à ce jour. Pour en savoir plus…

Mark Ford

Partagez cet article

Mark Ford
Mark Ford
Rédacteur en chef du Club des Créateurs de Richesse

« Je m’appelle Mark Ford et suis un millionnaire autodidacte. Je suis né à Brooklyn, à New York, où je vivais dans un minuscule appartement avec mes parents et mes trois frères et sœurs. Mon père était professeur de lycée, il gagnait environ 10 000 dollars par an…

J’ai rejoint le bénévolat (Peace Corps) quand j’étais un jeune homme… j’ai dormi sur des sols boueux dans des huttes africaines… et lorsque mon premier enfant est né, je gagnais moins de 9 000 euros par an. J’ai réalisé que quelque chose devait changer. Et c’est à ce moment que j’ai décidé de gagner sérieusement ma vie.

Depuis mon adolescence “rêveuse”, j’ai passé 39 ans à étudier et pratiquer les secrets pour devenir financièrement indépendant.

J’ai commencé avec le business des services, les toitures, la pose de piscine, la peinture en bâtiment. Ensuite j’ai évolué vers les restaurants, clubs de santé, clubs d’arts martiaux, deux agences de voyage et deux galeries d’art.

En fait, j’ai lancé des business dans tous les secteurs que vous pouvez imaginer – et j’ai collaboré dans bien plus encore. A la fin, mes clients me payaient jusqu’à 2 000 dollars l’heure pour que je les conseille sur leur business – et c’était justifié puisqu’une seule de mes idées pouvait transformer leur entreprise à la peine en entreprise à succès.

Aujourd’hui, je dispose de 50 millions d’euros…

Mais j’ai toujours eu une passion : enseigner. C’est à cela que j’aime passer du temps en ce moment : apprendre aux gens à devenir riche (j’ai beaucoup de chance : je n’aurais plus jamais à me soucier de l’argent désormais, et je peux me permettre de me consacrer aux projets qui m’intéressent).

Il y a des gens qui écrivent leurs Mémoires lorsqu’ils arrivent à l’âge de la retraite. D’autres se lancent dans des activités philanthropiques… Pas moi…

Je veux être reconnu pour avoir aidé un maximum de gens à devenir riche. C’est ce que j’aime faire. Et j’en ai déjà aidé des dizaines, si ce n’est des centaines durant toute ma carrière.

Mais maintenant que je me dirige vers l’âge de la retraite, j’ai décidé de me consacrer entièrement à cela pour le reste de mes jours en créant le Wealth Builder Club (Club des Créateurs de Richesse). Je transmets aujourd’hui toute mon expérience et mon savoir-faire aux membres de mon club qui sont de plus en plus nombreux et qui viennent du monde entier. Je les aide à bâtir leur fortune.

J’en suis fier. Cela fait aussi de moi un retraité heureux, qui se sent utile aux autres. »