Vous avez une idée de business : testez son potentiel !

Rédigé le 21 mars 2017 par | Démarrez votre entreprise Imprimer

Qu’elle naisse de votre expérience, de votre savoir-faire, de votre imagination ou d’un simple concours de circonstances, il s’agit souvent au départ d’une intuition ou d’un désir qui s’approfondit et mature avec le temps.

Quelle que soit son origine, l’idée ne représente, au départ, rien de bien concret.

Pour passer à un projet réaliste, la première chose à faire est de bien la définir, c’est-à-dire de se forcer à la résumer en quelques lignes précises, concises et fortes.

Cet exercice va permettre de coucher sur le papier cette fameuse idée, d’arriver à en cerner clairement les différents aspects en évoquant :

A ce stade de la réflexion, il faut s’efforcer de prendre conscience des « moins » (faiblesses, lacunes) du produit ou du service proposé, mais aussi, a contrario, des « plus » (caractère novateur ou spécifique) et de ses avantages concurrentiels.

Est-ce que mon idée est viable ?

Quand vous arrivez à ce stade de la réflexion, ne réfléchissez plus trop, agissez ! Il existe de nombreuses méthodes permettant de confronter son idée de business pour analyser la pertinence du concept et son potentiel et pour se conforter dans son choix.

1 – Procédez à une petite étude de marché : qualitative et quantitative

C’est la solution la plus lourde pour tester son idée de business avant de se lancer, mais c’est aussi la plus performante. En effet, c’est exactement le principe de l’étude de marché que de confronter une idée de business à un marché.

Évaluation du volume de ventes potentiel, évaluation de l’adéquation offre/besoin ou encore propositions des consommateurs pour améliorer l’idée : les études de marché permettent véritablement de tester son idée auprès des consommateurs pour savoir quand et comment se lancer.

Idéalement, il faut réaliser ou faire réaliser une étude de marché qualitative : elle seule permet d’obtenir l’opinion des consommateurs sur le produit/service que vous envisagez de proposer et vous permet donc de « pivoter » (concept central du lean startup*), donc de rester agile, pour affiner votre idée et la rendre ainsi plus performante.

La question du budget se pose, car une étude de marché coûte cher. Si vous n’avez pas les fonds, vous pouvez tenter de réaliser votre étude de marché tout seul, en sollicitant vos proches, vos amis, vos collaborateurs : questionnaires en ligne, questionnaires dans la rue, focus group* en sélectionnant des personnes sur la base de votre cible (pensez à proposer des cadeaux ou rémunération en échange de la participation aux focus group, c’est conseillé).

Il existe un grand nombre de moyens pour réaliser son étude de marché à moindre coût. De nombreux sites internet, des professionnels du conseil mais aussi des organismes d’État comme la CCI (Chambres de Commerce et d’Industrie) par exemple, proposent d’accompagner les porteurs de projet dans cette démarche.

2 – Utilisez les réseaux sociaux

Le principe est simple : il faut tout d’abord créer une page web qui présente votre « futur » produit ou service puis communiquer très fortement dessus via les réseaux sociaux. Le but est que chaque visiteur laisse un avis qui permettra d’évaluer la faisabilité/viabilité de votre projet.

Attention toutefois à ne pas trop en dire car on pourrait alors vous « piquer l’idée ».

Le site montermonbusiness.com est un spécialiste des « Landing Page » (page d’atterrissage en français) et illustre parfaitement la méthodologie à suivre pour « faire le buzz ».

Les outils du type Google Analytics pourront ensuite vous permettre de connaître exactement le volume de trafic et le taux de transformation, c’est-à-dire le nombre de visiteurs qui s’inscrivent par rapport au nombre de visiteurs qui visitent simplement la page ou le site.

Si, au bout de quelques semaines, vous avez de nombreux inscrits, de nombreuses visites/partages et un bon taux de transformation, c’est que vous êtes sur la bonne voie !

3 – Discutez-en, mais avec empathie !

Tester son idée auprès de son entourage est un bon moyen d’en valider la pertinence. Les parents, les amis, les proches sont bien souvent très exigeants face à une nouvelle idée. Ils peuvent apporter non seulement un regard critique sur votre idée mais donner également de bons « tuyaux » pour l’améliorer. À vous d’accepter ces critiques et autres remarques sans chercher à défendre systématiquement votre idée mais au contraire à vous enrichir de ces informations pour mesurer sa viabilité et la faire évoluer si nécessaire.

Entretenez-vous aussi avec l’ensemble des acteurs de votre marché : clients potentiels, concurrents, partenaires, fournisseurs, organisations professionnelles, experts, blogueurs, influenceurs, etc.

Voyez comment ils réagissent à votre idée, s’ils sont emballés ou pas, quel accueil ils réservent à votre produit/service. Il est important ici de « ressentir » les choses.

Les faits sont importants, mais être capable de cerner « l’intime conviction » de vos interlocuteurs est encore plus capital.

Un seul arbitre : le marché

Mark Ford vous dira que tout ceci ne pèsera rien contre le ROI DES TESTS : le marché.

Vous devez confrontez votre idée au marché, à la demande, aux clients eux-mêmes.

Pour lui, il n’y a qu’un seul et unique arbitre qui peut trancher la question de la viabilité de votre idée.

« Dans le domaine de l’entrepreneuriat, il ne s’agit pas de « créer d’abord, et les clients viendront dans la foulée ». Peu importe que votre idée vous passionne, ce n’est pas vous qui décidez de ce qui se vend : c’est le marché » nous dit Mark Ford dans sa série Démarrez votre entreprise de plusieurs millions d’euros avec seulement 25 000 €.

Lorsque j’ai une idée, je n’attends pas très longtemps avant de la tester. Il ne s’agit pas d’investir des milliers d’euros pour la lancer. Au contraire ! Il s’agit de la tester grandeur nature sur le marché pour voir s’il y a vraiment un potentiel réel.

Vous voulez savoir si les clients réagissent, aiment et surtout achètent ! Il y a de nombreuses façons de tester votre produit grandeur nature sur un marché cible pour quelques centaines d’euros à peine. Mark, grand spécialiste de la question grâce à son expérience, vous explique tout cela dans le détail dans sa série Démarrez votre entreprise. Retenez aujourd’hui que c’est le client final qui vous dira si votre idée (produit ou service) a une chance de réussir. Vous devez vous confronter au client.

Telle est la devise et le conseil de Mark Ford aux entrepreneurs. L’objectif est d’agir vite et de façon agile, souple.

Et n’oubliez pas : une idée de base ne reste jamais identique au bout du compte. Elle « vit », évolue, s’adapte en permanence.

Anne Dassier

 

* Focus group : Aussi nommé « groupe de réflexion », le focus groupe s’applique bien au test d’idée. Il est conseillé de recruter au moins 5 participants pour avoir une diversité de point de vue et ne pas dépasser 10 pour vous laisser la capacité de maîtriser le groupe.

* Le Lean Startup est une manière d’entreprendre, basée sur des itérations : lancer une offre minimum, tester le marché, ajuster son produit, et recommencer jusqu’à trouver la meilleure idée à vendre. Grâce à la méthode lean startup, vous validez votre idée rapidement et à moindre coût avant d’investir inutilement plus de temps ou d’argent. Le plus important étant de développer un produit dont le marché veut et que vous seriez vous-même prêt à acheter.

Partagez cet article

Anne Dassier
Anne Dassier