Devez-vous confier la gestion de votre argent à un professionnel ?

Rédigé le 14 février 2017 par | Mark Ford Imprimer

Vous vous demandez peut-être si vous devriez engager un professionnel pour s’occuper de la répartition de vos actifs, voire même pour choisir des investissements spécifiques au sein de chaque classe d’actifs.

Je me posais la même question depuis plusieurs années.

Alors, j’ai consulté deux entreprises : un petit cabinet de conseil situé à New York, recommandé par un ami, et le service de banque privée d’un des plus grands courtiers du monde.

Pour démarrer, le petit cabinet de conseil se contentait volontiers de 100 000 dollars. L’autre société voulait au minimum 10 millions de dollars. Tous deux avaient de jolis bureaux et de belles brochures commerciales. Mais tous ces détails impressionnants m’ont toujours effrayé. Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’ils doivent réaliser de grosses marges pour pouvoir s’offrir tout ça.

Quelles que soient mes appréhensions, j’ai travaillé avec ces deux sociétés pendant six mois environ. J’ai répondu à leurs questions concernant mon niveau d’acceptation du risque (en l’occurrence, faible voire inexistant) et j’ai écouté leurs présentations. Et ensuite, j’ai fait quelque chose que la plupart de leurs clients ne font jamais : j’ai commencé à leur poser des questions. Des questions toutes simples, que je pose toujours avant de racheter une entreprise privée. Et là, leur réaction m’a étonné.

J’imaginais retirer un enseignement de leurs réponses. Je croyais qu’ils répondraient à mes questions brillamment ou qu’ils me montreraient qu’elles étaient maladroites ou naïves. Je m’attendais à ce qu’ils me persuadent que leurs stratégies étaient meilleures que la mienne.

C’est vraiment ce à quoi je m’attendais. Ces types étaient intelligents. Ils sortaient de grandes écoles. Ils avaient des diplômes. Et ils donnaient tellement l’impression d’être vraiment de la partie, pour ainsi dire.

Mais surtout, je souhaitais qu’ils soient meilleurs que moi. Gérer mon propre argent, même si ce n’était pas laborieux, me demandait des efforts. S’ils pouvaient se creuser la tête à ma place et me rapporter de meilleurs rendements, alors pourquoi pas ?

Mais j’ai été déçu. Et à la fin de cette période, j’ai décidé qu’aucun de ces professionnels n’en savait plus que moi sur la façon d’investir mon argent. En fait, j’en ai conclu qu’ils en savaient moins. Certainement moins que moi en matière de fonctionnement réel et d’évaluation des entreprises. Et ils n’ont pas fait preuve de bon sens au moment de prendre des décisions concernant la répartition des actifs.

Comme si ces défauts n’étaient pas déjà assez effrayants, j’ai fini par penser réellement qu’il leur importait peu que je gagne plus d’argent en fin d’année. Tout ce qu’il leur importait réellement, c’était de s’enrichir.

Je sais que ce récit va contrarier certaines personnes qui exercent une profession dans la communauté de la gestion financière. Je vais être plus précis. Je sais très bien qu’il existe des milliers de courtiers et de conseillers, dans ce secteur, qui connaissent mieux les mécanismes d’investissement que moi.

Et en plus, il existe énormément de courtiers et de conseillers qui se préoccupent des performances de leurs clients. (J’ai fini par le trouver, mon courtier : il s’appelle Dominick, et je lui fais entièrement confiance car il m’écoute. Il déteste le risque et, plus important encore, il n’oublie jamais qu’il travaille pour moi.)

Ce que je veux dire, c’est qu’en ce qui concerne la gestion de mon argent et la prise de décisions importantes (la répartition des actifs, par exemple), ce que j’ai retiré de mon expérience avec ces deux brillants interlocuteurs, c’est que ni l’un ni l’autre n’était capable de le faire mieux que moi.

En bref, j’ai dit à ces deux conseillers financiers d’élite d’aller voir ailleurs et j’ai recommencé à gérer mon argent moi-même.

Quand il s’agit de votre argent, ne le laissez pas entre les mains des autres sans exercer un contrôle. Soyez pro-actif, voire directif. Et dites-vous bien qu’en la matière, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Mark Ford

Partagez cet article

Mark Ford
Mark Ford
Rédacteur en chef du Club des Créateurs de Richesse

« Je m’appelle Mark Ford et suis un millionnaire autodidacte. Je suis né à Brooklyn, à New York, où je vivais dans un minuscule appartement avec mes parents et mes trois frères et sœurs. Mon père était professeur de lycée, il gagnait environ 10 000 dollars par an…

J’ai rejoint le bénévolat (Peace Corps) quand j’étais un jeune homme… j’ai dormi sur des sols boueux dans des huttes africaines… et lorsque mon premier enfant est né, je gagnais moins de 9 000 euros par an. J’ai réalisé que quelque chose devait changer. Et c’est à ce moment que j’ai décidé de gagner sérieusement ma vie.

Depuis mon adolescence “rêveuse”, j’ai passé 39 ans à étudier et pratiquer les secrets pour devenir financièrement indépendant.

J’ai commencé avec le business des services, les toitures, la pose de piscine, la peinture en bâtiment. Ensuite j’ai évolué vers les restaurants, clubs de santé, clubs d’arts martiaux, deux agences de voyage et deux galeries d’art.

En fait, j’ai lancé des business dans tous les secteurs que vous pouvez imaginer – et j’ai collaboré dans bien plus encore. A la fin, mes clients me payaient jusqu’à 2 000 dollars l’heure pour que je les conseille sur leur business – et c’était justifié puisqu’une seule de mes idées pouvait transformer leur entreprise à la peine en entreprise à succès.

Aujourd’hui, je dispose de 50 millions d’euros…

Mais j’ai toujours eu une passion : enseigner. C’est à cela que j’aime passer du temps en ce moment : apprendre aux gens à devenir riche (j’ai beaucoup de chance : je n’aurais plus jamais à me soucier de l’argent désormais, et je peux me permettre de me consacrer aux projets qui m’intéressent).

Il y a des gens qui écrivent leurs Mémoires lorsqu’ils arrivent à l’âge de la retraite. D’autres se lancent dans des activités philanthropiques… Pas moi…

Je veux être reconnu pour avoir aidé un maximum de gens à devenir riche. C’est ce que j’aime faire. Et j’en ai déjà aidé des dizaines, si ce n’est des centaines durant toute ma carrière.

Mais maintenant que je me dirige vers l’âge de la retraite, j’ai décidé de me consacrer entièrement à cela pour le reste de mes jours en créant le Wealth Builder Club (Club des Créateurs de Richesse). Je transmets aujourd’hui toute mon expérience et mon savoir-faire aux membres de mon club qui sont de plus en plus nombreux et qui viennent du monde entier. Je les aide à bâtir leur fortune.

J’en suis fier. Cela fait aussi de moi un retraité heureux, qui se sent utile aux autres. »