Comment quitter votre employeur pour créer votre propre business

Rédigé le 31 janvier 2017 par | Démarrez votre entreprise, Mark Ford Imprimer

Dans notre essai de vendredi dernier, je vous ai montré à quel point on pouvait réussir dans l’aventure entrepreneuriale en quittant son job pour développer sa propre activité.

De nombreuses nouvelles entreprises se créent de cette manière – ce sont de « nouvelles pousses » issues d’une vigne existante. Nouvelles pousses qui prennent leur liberté et s’engagent avec audace dans l’entrepreneuriat.

L’avantage est évident.

Réseau, compétences & connaissances

Créer une entreprise dans le même secteur que l’emploi que vous occupez actuellement vous permet de franchir trois des plus grands obstacles auxquels se heurtent les nouvelles entreprises :

Avoir les bons contacts – fournisseurs, commerciaux et consultants – rend tout de suite les choses beaucoup plus faciles pour un entrepreneur. Quand vous avez une question ou un problème, vous savez qui appeler.

Les connaissances sont importantes également. Pas les connaissances générales sur le secteur d’activité mais des connaissances spécifiques sur comment ça marche vraiment, de l’intérieur. Vous ne pouvez réellement acquérir ces connaissances qu’en travaillant dans le secteur d’activité en question – intensément et consciencieusement – pendant une certaine période.

Et le troisième obstacle est le manque de compétences, celles qui sont indispensables au succès de votre entreprise. Ces compétences incluent la localisation du marché puis comprendre ce que les clients veulent et savoir comment leur vendre.

Encore une fois, la meilleure manière d’acquérir ces compétences est de travailler dans le secteur en question.

La stratégie à suivre est donc d’acquérir ces connaissances, de développer ces compétences et de construire votre réseau pendant que vous êtes encore employé.

Commencez par vous vendre. Faites le travail que vous voulez faire, pas celui que vous devez faire. Et apprenez tout ce que vous pouvez sur ce dernier. Identifiez ce qui fait croître votre business, comment vous parvenez à conclure des ventes et ce qui rend votre produit ou votre service spécial.

Très important également :

Après avoir fait ça, vous n’avez plus qu’une décision à prendre pour vous lancer seul.

C’est ce qu’ont fait Diner et Cao. Quelques jours après avoir claqué la porte de leur employeur, ils étaient devenus leurs concurrents directs, à la tête de leur propre entreprise.

Deux ans plus tard, leur compagnie était acquise par Nortel pour 3,25 milliards de dollars.

Quatre étapes pour quitter votre travail

Non, vous n’êtes pas obligé de partir de zéro pour devenir entrepreneur. Vous pouvez commencer en tant que simple salarié, comme Diner et Cao, et profiter de cette situation pour préparer votre idée de business.

Vous êtes intéressé ?

Voici ce que vous devez faire (et quel meilleur moment que dès maintenant ?)

Et lorsque vous obtiendrez une première offre de rachat à 1 milliard de dollars après avoir suivi ce plan, je veux une petite commission !

L’aventure entrepreneuriale vous tente ? Vous voulez des outils et conseils pratiques pour mettre toutes les chances de votre côté ? Alors cliquez ici sans plus attendre.

Mark Ford

Partagez cet article

Mark Ford
Mark Ford
Rédacteur en chef du Club des Créateurs de Richesse

« Je m’appelle Mark Ford et suis un millionnaire autodidacte. Je suis né à Brooklyn, à New York, où je vivais dans un minuscule appartement avec mes parents et mes trois frères et sœurs. Mon père était professeur de lycée, il gagnait environ 10 000 dollars par an…

J’ai rejoint le bénévolat (Peace Corps) quand j’étais un jeune homme… j’ai dormi sur des sols boueux dans des huttes africaines… et lorsque mon premier enfant est né, je gagnais moins de 9 000 euros par an. J’ai réalisé que quelque chose devait changer. Et c’est à ce moment que j’ai décidé de gagner sérieusement ma vie.

Depuis mon adolescence “rêveuse”, j’ai passé 39 ans à étudier et pratiquer les secrets pour devenir financièrement indépendant.

J’ai commencé avec le business des services, les toitures, la pose de piscine, la peinture en bâtiment. Ensuite j’ai évolué vers les restaurants, clubs de santé, clubs d’arts martiaux, deux agences de voyage et deux galeries d’art.

En fait, j’ai lancé des business dans tous les secteurs que vous pouvez imaginer – et j’ai collaboré dans bien plus encore. A la fin, mes clients me payaient jusqu’à 2 000 dollars l’heure pour que je les conseille sur leur business – et c’était justifié puisqu’une seule de mes idées pouvait transformer leur entreprise à la peine en entreprise à succès.

Aujourd’hui, je dispose de 50 millions d’euros…

Mais j’ai toujours eu une passion : enseigner. C’est à cela que j’aime passer du temps en ce moment : apprendre aux gens à devenir riche (j’ai beaucoup de chance : je n’aurais plus jamais à me soucier de l’argent désormais, et je peux me permettre de me consacrer aux projets qui m’intéressent).

Il y a des gens qui écrivent leurs Mémoires lorsqu’ils arrivent à l’âge de la retraite. D’autres se lancent dans des activités philanthropiques… Pas moi…

Je veux être reconnu pour avoir aidé un maximum de gens à devenir riche. C’est ce que j’aime faire. Et j’en ai déjà aidé des dizaines, si ce n’est des centaines durant toute ma carrière.

Mais maintenant que je me dirige vers l’âge de la retraite, j’ai décidé de me consacrer entièrement à cela pour le reste de mes jours en créant le Wealth Builder Club (Club des Créateurs de Richesse). Je transmets aujourd’hui toute mon expérience et mon savoir-faire aux membres de mon club qui sont de plus en plus nombreux et qui viennent du monde entier. Je les aide à bâtir leur fortune.

J’en suis fier. Cela fait aussi de moi un retraité heureux, qui se sent utile aux autres. »